YOP CREALAB

Dónde
Côte d'Ivoire
When
2021
Quién
Conseil Communal des Jeunes de Yopougon
Mairie de Yopougon
Describe the main features of the policy/measure: 
Le projet YOP.CREALAB est un projet de Tiers-lieu pluridisciplinaire et multi-acteurs, né d'une initiative portée par la société civile ivoirienne et française, en collaboration étroite avec la Mairie de Yopougon (co-porteuse et principal financeur avec l’AFD). Porté par la Plateforme de Services de Yopougon (PFS Yop), le Conseil Communal de la Jeunesse (CCJY), l’Agence Emploi Jeunes - Yopougon (AEJ) et l’Association Ivoirienne des Sciences Agronomiques (AISA), l’Association Culture et Développement (France), la Mairie de Yopougon, Yop.Crealab s’articule autour de 4 pôles (FabLab, Repair Café, Jardins et potagers partagés ainsi que des Espaces communautaires) et trois thématiques d’intervention prioritaires reliées entre elles par les activités : industries culturelles et créatives, numérique, agriculture urbaine et environnement/développement durable. Ces thématiques sont constamment interconnectées pour favoriser la coopération transectorielle et l’innovation, par les activités (ateliers, formations, conférences, animation et partage de l’information) Basé sur un concept de tiers-lieu pluridisciplinaire conçu par Culture et Développement (ONG, basée en France) à partir des expériences de coopération au développement territorial durable par la culture, en particulier en Afrique, le projet tient compte aussi bien des priorités de la Mairie en matière de développement socio-culturel comme le développement de l’accès aux savoirs, y compris numériques, l’aménagement de services de base pour la population avec une attention particulière pour la jeunesse et les enjeux de développement durable que des priorités gouvernementales. Il tient notamment compte des priorités en matière de : a) éducation / enseignement supérieur : - éducation gratuite pour les enfants (contribution à des activités d’animation dans les écoles mais également certains week-end pour les enfants des quartiers défavorisés); - donner une 2eme chance aux jeunes sortis trop tôt du parcours scolaires ou en décrochage, améliorer la qualité de l’enseignement supérieur, favoriser l’employabilité et l’insertion professionnelle des diplômés de l’enseignement supérieur (notamment par la promotion de parcours professionnels dans des métiers d’avenir des ICC, du numérique et des métiers verts), le développement des compétences en sciences, technologies (notamment par le partenariat avec des Écoles d’Excellence du numérique, l’Institut National des Arts, l’AISA, comme Association de Chercheurs en Agronomie et les laboratoires de rattachement de ces chercheurs); le développement du numérique (dès le plus jeune âge, notamment par des ateliers en milieu scolaire grâce au Fablab mobile et dans l’espace public, afin de faciliter l’accès au plus grand nombre, par la mise à disposition de matériels informatiques dans un espace co-working, la réalisation de journées d’orientation sur les métiers du numérique y compris appliqués aux autres secteurs d’intervention du YOP.Crealab); - promouvoir la culture scientifique (par des activités ludiques, ouvertes à tous et/ou en lien avec l’innovation par la jeunesse, par exemple, par l’organisation de Hackathons sur l’application du numérique pour le développement des services de base des administrations au profit des citoyens, impliquant développeurs, mais également membres de la société civile et habitants); b) en matière de culture : - favoriser l’économie créative (par des formations à des activités génératrices de revenus autour de la création numérique) ; - favoriser l’accès à la culture pour tous (par le Fablab mobile qui devient cinéma numérique ambulant, par exemple, par la mise à disposition de matériel de fabrication numérique en tant qu’outil transversal de formation par la pratique pour tous les domaines du YOP.Crealab, par la formation sur l’écriture journalistique pour le web et le développement de contenus culturels en ligne comme un e-magazine du YOP.Crealab); c) en matière d’environnement et agriculture : développement durable, biodiversité, traitement des déchets (par des formations à l’économie circulaire), valorisation des produits locaux et sécurité alimentaire (par les parcelles d’agriculture urbaines et des activités de sensibilisation dans le futur jardin potager partagé). Plusieurs ministères en charge de la culture, de la jeunesse et de l’emploi, de la cohésion sociale, de la femme, de l’artisanat et du numérique sont impliqués dans des concertations sur l’organisation d’activités et apportent un soutien institutionnel, de mise en réseau du projet par rapport à des initiatives et feuilles gouvernementales. D’autres organisations publiques, privées, fondations, sont partenaires des activités. Le soutien de la Mairie de Yopougon aux côtés de l’Agence Française de Développement, naît d’une réflexion structurée plus large sur l’aménagement socio-culturel du territoire de Yopougon par des infrastructures mises à disposition de l’expression créative et de l’apprentissage de la jeunesse et d’autres publics prioritaires (dont les femmes), approfondie en coopération avec l’association Culture et Développement. Ce plan d’aménagement qui a déjà vu la réalisation d’une Médiathèque dans le quartier de Niangon Sud avec le soutien de l’AIMF, est une mise en œuvre des orientations du Plan stratégique de Développement Culturel de la Mairie élaboré grâce au soutien du FIDC en 2011-2012, que la Mairie met actuellement à jour, entre autres avec l’appui de Culture et Développement.
What are the results achieved so far through the implementation of the policy/measure?: 
En 3 ans d’activités, les partenaires du YOP Crealab ont réalisé plus de 60 activités, touché 4000 bénéficiaires directs et 15000 indirects, 2500 jeunes et adolescents, plus de 500 enfants, 300 femmes, et 1500 professionnels et chômeurs, 10 universités et centres de formation, plus de 20 partenaires nationaux et internationaux. Un équipement sera en construction dès 2021 a) l’amélioration de la gouvernance culturelle : organisation de rencontres publiques et ateliers de présentation dans des universités et instituts de formation, en ligne et en présentiel, association décideurs publics, acteurs professionnels et grand public pour élargir les connaissances, y compris des acteurs publiques, des possibilités d’application du numérique aux diverses filières culturelles et créatives, y compris pour influer sur l’éco-système des politiques et mesures nationales (participation au RIANA, rencontre des Arts numériques et visuels à Abidjan, organisation de démonstrations sur la fabrication d’accessoires mode et maquettes d’architecture en 3D), organisation de plusieurs ateliers d’écriture pour le Web et production de contenus médias produits par la jeunesse locale dans le cadre du volet Médialab du projet, structuration du projet autour d’un partenariat multi-acteur public-privé, associant une collectivité locale et des acteurs de la société civile ivoirienne et étrangers tous à l’initiative du projet conjoint. b) Concernant le flux équitable de biens et services culturels et la mobilité d’artistes et d’opérateurs culturels, la coopération internationale est au coeur du projet élaboré en synergie entre la société civile française (Culture et Développement, Grenoble), la Mairie de Yopougon et 3 acteurs de la société civile locale en collaboration avec l’Agence Emploi Jeunes. Des formateurs de la sous-région experts en management culturel ont assuré des actions de renforcement de l’équipe locale du projet en planification du programme « samedi créatifs » pour les enfants entre autres, fabrication et impression 3D appliqués aux ICC; Le Centre des Arts d’Enghien les Bains (France) a mis à disposition une MOOC sur les arts numériques qui a été proposée par ateliers collectifs. c) Le YOP.Crealab met en avant la contribution de la culture aux divers enjeux du développement durable notamment par la promotion à l’insertion des jeunes par les métiers créatifs (organisation de journées d’orientations avec l’Agence Emploi Jeunes et la PFS entre autres), la promotion de la cohésion sociale et l’éducation artistique vers des publics défavorisés des quartiers précaires d’Abidjan et l’organisation de renforcement des capacités génératrices de revenus par la mode (notamment apprentissage à la fabrication de masques lors de l’épidémie covid, concours de mode pour couturiers locaux…) Au niveau des droits fondamentaux et des libertés fondamentales une activité phare porte sur la réinsertion socio-économique des femmes victimes de violence, veuves et démunies par l’Art-thérapie/PNL alors que l’ensemble des activités incitent la participation de jeunes filles et femmes aux activités. L’implication de femmes créatrices (artiste, architecte, styliste) comme marraines du projet (Valérie Oka, Melissa Kacoutié, Rebecca Zorro) a également comme objectif de créer des modèles inspirants les jeunes générations et talents féminins à entreprendre des parcours créatifs
Financial resources allocated to the policy/measure in USD: 
Budget global (Phase 1 / 3 ans) : 895 387 euros (prévisionnel) incluant des valorisations (71 500 euros)
Partner(s) engaged in the implementation of the measure: 
Name of partnerType of entity
Culture et Développement
Civil Society Organization (CSO)
Agence Française de Développement
Public Sector
Agence Ivoirienne des Sciences Agronomiques
Public Sector
Plateforme de Service – Yopougon
Public Sector
Agence Emploi Jeune – Yopougon
Public Sector
Arterial CI; ESATIC; Stop au Chat Noir; Mozaïk Studios; Institut Africain des Médias; Empow’her; Fondation Jeunesse Numérique; REFFAO, Institut Français Côte d’Ivoire
Civil Society Organization (CSO)
Has the implementation of the policy/measure been evaluated?: 
YES
If yes, what are the main conclusions/recommendations?: 
a) Un dispositif d’incubation est en train d’être lancé, qui sera également axé sur les ICC dans l’objectif de soutenir des projets à impact positif et social, associant également d’autres incubateurs spécialisés en France et ailleurs dans un objectif d’échanges d’expériences et expertises b) Les tournées du Fablab mobile visent à rapprocher toutes les couches de la population aux savoirs numériques et aux contenus culturels qu’ils véhiculent, à faciliter la formation aux métiers du numérique de la culture de manière décentralisée et informelle par des ateliers dans les écoles spécialisées, à offrir un dispositif de cinéma ambulant et espace de diffusion dans l’espace public vont être poursuivi pour faciliter l’accès à la culture pour tous c) le YOP.Crealab fait partie du REDFFAO, le réseau de Fablabs Francophones d’Afrique de l’Ouest dans le cadre duquel plusieurs rencontres et projets communs sont organisés. Dans ce cadre, le YOP.Crealab proposera des webinaires sous-régionaux sur les ICC, fablabs et numérique d) La promotion du développement durable passera par l’application de principes d’économie circulaire et réduction d’impacts énergétiques dans la construction du bâtiment du YOP.Crealab, tiers-lieu qui sera également pôle de pratiques culturelles et artistiques, espace d’exposition, diffusion de créations (dont en lien avec le numérique). Des ateliers sur le recyclage créatif également créateur d’opportunités de revenus, en luttant ainsi contre la fracture numérique. e) Les partenariats avec les écoles et centres de formation artistiques et culturels locaux, nationaux, régionaux et internationaux seront approfondis dans une optique de coopération internationale, la création de résidences artistiques (avant fin 2021) axées entre autres sur le street art et la sensibilisation vers les Arts urbains, émergents au sein de la société civile mais nécessitant d’un cadre institutionnel reconnaissant leur apport au développement urbain notamment, la coopération nord-sud-sud sera constamment mobilisée f) L’égalité des genres restera une des priorités transversales du projet ; des indicateurs et des activités continueront à être plus particulièrement dédiées aux femmes ; les ateliers d’art-thérapie/PNL entre autres, l’organisation de panels en partenariat avec les pouvoirs publics et d’autres partenaires pour contribuer ainsi à l’évolution du cadre législatif et réglementaire. L’exposition qui retrace l’évolution du projet sera enrichie lors de sa phase 2 ; elle présente la contribution du projet à l’Agenda 2030, l’Agenda 2063 et la Convention de 2005 en particulier, ces 3 agendas ayant inspiré directement la conception du cadre conceptuel du projet : https://drive.google.com/file/d/1gPUY7WQ1ThfEzkJQXTlrXWHA4WR7vklr/view?usp=sharing