La diversité, un impératif pour les cantons bilingues

Where
Suiza
When
2012
Objetivos clave de la medida:

Les cantons plurilingues (Fribourg, Valais, Berne, Grisons) donnent toute sa mesure à la thématique de la diversité des expressions culturelles en Suisse. Au même titre que dans les grands centres urbains marqués par des populations culturelles très diverses, les régions bilingues ou plurilingues sont confrontées quotidiennement à cette question. Leurs constitutions cantonales reconnaissent en conséquence toutes l’importance de la diversité culturelle et d’une offre culturelle diversifiée:

Fribourg: La «cohésion cantonale dans le respect de la diversité culturelle» est identifiée comme l’un des principaux buts de l’Etat (art. 3, let. k). «L’Etat et les communes encouragent et soutiennent la vie cultuelle dans sa diversité ainsi que la création artistique. Ils encouragent la coopération et les échanges culturels entre les régions du canton et avec l’extérieur» (art. 79) ;

Valais: «La langue française et la langue allemande sont déclarées nationales. L’égalité de traitement entre les deux langues doit être observée dans la législation et dans l’administration» (art. 12);

Berne: «Le canton et les communes facilitent l’accès à la vie culturelle. Ils encouragent la création et les échanges culturels. Dans cette activité, ils prennent en considération les besoins de toutes les parties de la population et la diversité culturelle du canton.» (art. 48);

Grisons: «L’allemand, le romanche et l’italien sont les langues officielles du canton […] Le Canton et les communes soutiennent ou prennent les mesures nécessaires à la sauvegarde et à l’encouragement du romanche et de l’italien. Ils favorisent l’entente et les échanges entre les communautés linguistiques» (art. 3). «Le Canton et les communes encouragent les arts, la culture et la science et favorisent les échanges culturels, compte tenu de la pluralité linguistique et des particularismes régionaux.» (art. 90).

Dans le canton de Fribourg, la Loi cantonale du 24 mai 1991 sur les affaires culturelles précise que l’Etat oriente son action culturelle en respectant la diversité des identités culturelles régionales et en favorisant la concertation et la coopération entre les régions; en tenant compte de la diversité des disciplines et des expressions culturelles; en veillant à une répartition équitable des activités culturelles dans le canton et en favorisant la coopération, la coordination et les échanges culturels sur les plans inter-cantonal, national et, le cas échéant, international (art. 5 b, al. d à g). Cette optique a notamment trouvé un écho dans les projets Coriolis et Agglo. Le projet Coriolis, lancé en 2001, s’est imposé comme le plus important projet culturel du canton. Rassemblant 34 communes, il vise le développement d’une plateforme culturelle et la création d’un pôle de compétence artistique d’envergure nationale. Cette stratégie englobe un renforcement des échanges culturels avec l’extérieur, ainsi que des infrastructures et des mesures de soutien. Le projet Agglo, initié en 2008, vise quant à lui le développement d’une coopération intercommunale plus large en matière d’aménagement du territoire, de mobilité, de protection de l’environnement, de promotion économique et touristique et enfin d’activités culturelles. Il vise à stimuler le développement durable de la région, ainsi qu’à favoriser le bilinguisme et la bonne compréhension des communautés linguistiques cantonales.

Des dispositions similaires s’inscrivent dans le cas du Valais et de sa Loi sur la promotion de la culture du 15 novembre 1996: «dans l’exercice de sa mission, l’Etat a) respecte les identités régionales et sociales; b) tient compte de la diversité des disciplines et des expressions culturelles; c) veille à une répartition équitable des activités culturelles dans le canton; d) favorise les échanges à l’intérieur du canton et avec l’extérieur» (art 4 b).

La ville de Berne – capitale située à la frontière de deux communautés culturelles et linguistiques – insiste elle aussi sur le devoir d’assurer en ses murs l’expression de toute la diversité culturelle du pays, tout en en faisant un moyen d’intégration des populations migrantes (Strategie für die städtische Kulturförderung 2008-2011). Quant au canton de Berne, il a conformément à sa constitution cantonale accordé à la diversité culturelle une grande importance dans sa politique culturelle, en faisant également un principe de base de sa stratégie culturelle établie en avril 2009. Il collabore aussi étroitement avec le canton du Jura dans le cadre de diverses commissions culturelles (littérature, arts de la scène, bibliothèques) afin de renforcer conjointement la scène culturelle inter-jurassienne.

On peut enfin noter, dans le cas des cantons des Grisons et du Tessin, l’élaboration de politiques spécifiques aux langues minoritaires. Aux Grisons, le Service de promotion de la culture et des langues est chargé de promouvoir activement le trilinguisme cantonal. Pour la période 2012-2015, un contrat de prestations établi entre le canton des Grisons et l’OFC alloue CHF 20,6 millions d’aides financières à la sauvegarde des langues romanche et italienne et à l’accomplissement de tâches spéciales relatives au trilinguisme cantonal (en plus des moyens directement alloués par le canton). A ce titre, les Grisons ont notamment initié, en collaboration avec la section cinéma de l’OFC, un projet pilote de promotion à la réalisation de films en langue rhéto-romanche pour la période 2009-2011.

Le canton du Tessin, exclusivement italophone, met moins clairement en avant la question de la diversité culturelle. Dès son préambule, la Constitution cantonale tessinoise affiche cependant l’engagement historique du canton de «représenter la culture italienne dans la Confédération suisse». Elle détermine par ailleurs que «le canton garantit et réalise la liberté et les droits individuels et sociaux de toute personne qui vit sur son territoire, il encourage la culture, la solidarité et le bien-être économique, et il préserve sa propre identité et ses valeurs environnementales» (art. 4). Au même titre que les Grisons, ce canton bénéficie d’aides spécifiques de la Confédération.

Objetivo(s) de la Convención 2005 de la UNESCO
Cultural Domain(s)
Multi-domain