Des étudiants Japonais s’interrogent sur la complexité des marches internationaux culturels

Seize étudiants japonais ont assisté à un atelier d'information sur les liens entre le commerce et la culture, au Siège de l'UNESCO, le vendredi 3 mars.

La Section pour la diversité des expressions culturelles a accueilli la session d'échange.

Les étudiants de premier et de deuxième cycles de l'Université de Kobe, accompagnés du Professeur Kazunari Sakai, ont beaucoup appris sur la Convention de 2005 sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles, en particulier sur ses articles 16 concernant le traitement préférentiel, et l'article 21 sur la consultation et la coordination internationales.

«La Convention de 2005 est très complexe, mais j'ai commencé à mieux comprendre comment la culture peut être traitée dans les accords de libre-échange. La Convention de 2005 est en effet un outil puissant pour nous assurer que des biens et services culturels divers sont disponibles pour nous ", a souligné un étudiant de l'Université de Kobe.

Mettre l’accent sur le commerce et la culture

Au cours de la séance interactive, les étudiants se sont divisés en groupes afin de discuter de trois études de cas portant sur les accords de commerce internationaux et la culture. À la fin de la discussion, chaque groupe a fait un exposé sur les différences entre les trois accords commerciaux et les avantages de la conclusion d'un protocole de coopération culturelle.

Tout au long de la discussion, les étudiants ont débattu de la façon dont les biens et services culturels ne sont pas de simples marchandises comme les autres et qu'ils ont aussi une valeur culturelle.

De plus, les étudiants ont été informés que les Parties à la Convention de 2005 doivent accorder un traitement préférentiel aux pays en développement afin de promouvoir l'accès au marché des artistes et des professionnels de la culture, ainsi que des biens et services culturels du Sud.

Rendre la Convention de 2005 accessible

En février 2017, 145 Parties ont déjà ratifié la Convention. Le Japon doit encore le faire. La sensibilisation de jeunes étudiants à la Convention est un moyen de promouvoir les avantages de la ratification.

Conformément à la stratégie de ratification de la Convention de 2005, l'UNESCO prévoit d’organiser une réunion sous régionale à Beijing en 2017 afin de discuter de politiques novatrices pour le secteur de la création.